Les cloches vont plus vite que moi et il faut que je me dépêche de vous raconter la suite de cette belle histoire jusqu’à sa fin ,ce qui fait que c’est une lecture un peu longue,  j’espère que vous me pardonnerez !.

J’ai eu le temps d’illustrer un passage mais je n’ai pas eu  le temps d’illustrer la fin, c’est dommage mais vous verrez quand même la cloche Pascaline qui a retrouvé son sourire et qui regarde tous les petits enfants de Prunelle. Seulement je ne peux vous montrer que les photos d’un petit garçon qui me servira de modèle quand j’aurais le temps de dessiner !

 

 

Mais, un matin, le vent sentit que les rayons du soleil de l’hiver étaient un peu plus chauds et que la sève recommençait à grimper dans les troncs des arbres pour faire pousser les bourgeons tout ronds. Le printemps n’était pas loin et cette pensée lui donna de l’espoir et l’envie de se promener dans les montagnes.

 

C’est alors qu’il aperçut sur un sentier pierreux deux hommes, deux femmes et des enfants qui avançaient lentement et qui semblaient très fatigués. Il s’approcha d’eux pour écouter ce qu’ils disaient et il comprit tout de suite qu’ils venaient de l’Italie, le pays de l’autre côté des montagnes où se trouve la ville de Rome, car le vent qui voyage dans tous les pays depuis des milliers d’années comprend toutes les langues.

Les hommes étaient deux maçons qui se dirigeaient vers la France avec leurs femmes et leurs enfants pour trouver du travail car il n’y en avait plus pour eux dans leur pays. Le vent voyait bien qu’ils étaient pauvres car leurs habits étaient vieux et leurs chaussures trouées.

« Que faire pour les aider et pour sauver ma chère cloche Pascaline ?  » Se disait-il. « Il faut que je trouve une idée. » et il trouva une superbe idée :

Il appela tous les nuages pour qu’ils se rassemblent au-dessus des montagnes sauf au-dessus du village de Prunelle où le ciel devait rester bleu.

 Quand les italiens virent tous les nuages s’accumuler au-dessus d’eux, ils furent très inquiets mais ils aperçurent une trouée toute bleue et ils se dirigèrent vers elle. A la fin de la journée, ils eurent la surprise d’arriver dans un village.

 

la cloche PASCALINE l'idée du vent 2

 

 

Le village était désert et triste. Quand ils arrivèrent devant l’église, ils comprirent qu’il y avait eu une catastrophe en voyant ses murs et son toit écroulés. Comme ils avaient très faim, ils eurent le courage de frapper à la porte d’une maison. Une vieille dame leur ouvrit et elle appela son mari parce qu’elle ne comprenait pas ces étrangers.

Les italiens ne parlaient pas le français et ne le comprenaient pas non plus, mais, avec des gestes, ils arrivèrent à expliquer qu’ils étaient maçons et qu’ils pouvaient reconstruire l’église du village ! La vieille dame alla le dirent aux voisins et tous les habitants de Prunelle furent très contents ; ils trouvèrent une maison où les italiens pouvaient dormir, les invitèrent à partager leur repas et leur donnèrent des légumes et de la viande. Pendant plusieurs semaines, les maçons travaillèrent tous les jours pour reconstruire les murs et le toit de l’église.

Dans son clocher, Pascaline n’aimait pas beaucoup les bruits du chantier qui la faisaient souffrir, mais elle était très contente et, de temps en temps, elle chantait un petit peu pour faire plaisir au vent, aux habitants de Prunelle et, bien sûr, aux italiens qui, eux aussi, chantaient toute la journée en travaillant.

 

Mais elle avait un très gros souci : c’était bientôt la grande fête du printemps, celle de Pâques, qui était aussi sa fête car elle s’appelait Pascaline et elle avait entendu au loin les autres cloches qui avaient commencé leur long voyage à Rome pour aller chercher les œufs peints et les œufs en chocolat. Elle aurait bien aimé y aller aussi, mais elle se demandait qui allait les distribuer quand elle reviendrait ? Le curé de Prunelle était parti dans un autre village, que faire ? Alors, une nuit en regardant les étoiles, elle fit un rêve qui lui donna une idée joyeuse. Le lendemain matin, elle décida de partir à Rome avec les autres cloches.

 

Quand elle revint le jour de Pâques avec une grosse provision d’œufs, elle vit que le vent avait balayé le ciel bleu de tous ses nuages et elle se dépêcha de lui expliquer qu’elle allait cacher tous les jolis œufs de toutes les couleurs derrière les arbres et les fleurs de tous les jardins et de tous les chemins de Prunelle pour amuser les enfants. 

Le vent souffla cette grande nouvelle aux oreilles des petits italiens, Pablo et Marco, qu’il aimait bien, et les deux garçons coururent le dire à tous les enfants du village : on entendait partout crier :

« Il y a des œufs cachés dans les jardins et au bord des chemins ! il faut demander à nos parents un petit panier pour aller les chercher ! »

Les enfants s’amusèrent beaucoup, ils en trouvèrent tous même le plus petit qui ne courait pas aussi vite que les grands ! Ce fut une très belle fête et Pascaline qui était très fière de son idée, carillonna de toutes ses forces la plus jolie chanson qu’elle connaissait et le vent la transporta le plus loin possible en haut des montagnes et jusque dans les autres villages !

 

Quand les cloches des autres villages entendirent cette nouvelle, elles furent un peu jalouses mais elles se dirent que l’année suivante, elles feraient la même chose que Pascaline !

 

Cependant il n’y avait pas que les cloches qui entendirent la nouvelle, les curés des villages aussi et surtout le curé de Prunelle.

« Qu’est-ce-que c’est que cette histoire ? » se disait le Curé de Prunelle, « Pourquoi ma cloche Pascaline a distribué des œufs de Pâques sans mon autorisation ?…Il faut que j’aille lui demander des explications. »

 

 Le curé qui n’était pas content mit ses souliers de marche et prit son sac à dos pour aller voir ce qui se passait dans son village. C’était un très bon marcheur et il arriva très vite sur la place de Prunelle devant son église, et là, il eut une très grande surprise : les murs et le toit de son église étaient reconstruits et semblaient tout neufs !

Alors il monta dans le clocher pour demander à Pascaline qui avait reconstruit son église.

« Ce sont deux braves maçons italiens très pauvres qui se sont installés dans le village avec l’aide de tous les prunellois. » lui dit-elle, et elle ajouta : 

« Ils ont de beaux et gentils enfants, mais comme ils sont très pauvres, j’ai eu l’idée de cacher mes œufs dans les jardins et les chemins pour que tous les enfants, même les enfants pauvres, puissent avoir la joie d’en trouver. »

 

 Le curé ne gronda pas sa bonne cloche car il comprit tout de suite que son église avait été détruite parce qu’il ne laissait pas venir tous les enfants dans son église. Il le regretta beaucoup et il dit à Pascaline :

« Tu as eu une merveilleuse idée, chère Pascaline, et tous les printemps suivants, tu continueras à cacher les œufs de Pâques ! Et, bien sûr, à partir de ce jour, tous les enfants pourront venir dans mon église, et surtout le jour de Noël pour admirer l’enfant de la crèche ! »

 

Pascaline sentit son cœur de cloche bondir de joie et elle carillonna à toute volée ses plus belles notes que les ailes du vent tout heureux transportèrent jusqu’aux sommets des montagnes.

PASCALINE

 

petit Johan et les oeufs de Pâques

                                                                                                                                                             

   

                                                                                                                JOHAN et les oeufs de Pâques               petit Johan et les oeufs de Pâques 2

14 réponses à La cloche Pascaline ( suite et fin)

  • Livia dit :

    Bonsoir Blanche,
    Il est charmant ton petit conte pascal !
    Et tout est bien qui finit bien.
    Bonne et heureuse fête de Pâques!
    Amicalement
    Livia

  • Jackie dit :

    Un très beau conte qui finit bien, de superbes dessins, des photos attendrissantes…
    MerciBlanche
    Passe une très bonne journée

  • chemin-je-t-aime dit :

    MAGNIFIQUE histoire, blanche , toute cousue de belles dentelles au parfum d’humanité !

    Je suis souvent révoltée de voir nos églises et nos chapelles fermées, surtout en plein hiver, sous prétexte de vols !
    Certaines (trop peu!) savent toutefois restées accueillantes, nous en avons croisées en chemin, avec un bel esprit de fraternité, sentant bon le « printemps de l’âme » !

    Merci, blanche, pour ce conte généreux et délicieux (je pourrais dire ici « délice-cieux » !), je t’embrasse et te souhaite un merveilleux lundi de Pâques : sabine.

    • Blanche dit :

      Merci Sabine,
      c’est un très beau compliment de la part d’une conteuse !
      J’espère que tu me pardonneras le retard de ma réponse, mon mois d’avril a été très chargé !
      Que cette journée du premier mai te soit délicieusement parfumée !
      Je t’embrasse

      Blanche

  • alain dit :

    Merci Blanche pour ce très beau conte illustré avec beaucoup de tendresse et de talent. Je vois un petit garçon qui doit rêver de la cloche Pascaline, à chaque fois qu’il découvre un petit œuf caché dans le jardin !
    As-tu écrit d’autres contes ?
    Bisous et douce soirée
    Alain

    • Blanche dit :

      Merci Alain,
      Mon petit Johan a beaucoup aimé mon conte de la cloche Pascaline et deux autres contes dont un que j’ai déjà publié sur mon blog et qui parle d’un châtaignier et d’un oiseau. J’en ai écrit un autre, une histoire de cirque que je publierai quand j’aurai une idée des illustrations ! j’aime beaucoup les contes mais je n’ai pas autant d’imagination que toi pour les fables !
      Je te souhaite une belle journée de 1er MAI
      Bisous
      Blanche

  • Couleur-Parenthèse dit :

    Bonsoir Blanche! C’est très joli ce conte! Bravo! La cloche Pascaline a le même sourire que toi !
    Je pense que la foi concerne les enfants plus que jamais! Si l’église a repris certaines dates et traditions ancestrales, c’est pour laisser aux gens le temps de comprendre et les chrétiens des jeunes églises naissantes ont eu besoin de cette transition, je pense. L’évolution de la pensée, du coeur et de la conscience ne se fait pas en deux coups de cuillers à pot comme on dit familièrement! C’était justement ce sujet que nous avions abordé avec le fameux sculpteur qui m’a offert mon bâton de pèlerin! Je t’embrasse et à bientôt!

    • Blanche dit :

      Bonsoir Laure,
      Je suis contente que la suite et fin de mon conte te plaisent. Le fond de toutes les religions est symbolique et les symboles qui sont souvent les mêmes demeurent même si l’histoire semble changer.
      Je te souhaite premier mai
      Bisous

      Blanche

  • chemin-je-t-aime dit :

    Je reviens respirer à nouveau les parfums de cette merveilleuse histoire, et faire voler vers toi une guirlande de bisous : sabine.

    • Blanche dit :

      Je suis très touchée, Sabine, de ta deuxième visite, et désolée de la découvrir seulement à la fin du mois !
      Je t’embrasse avec toutes les senteurs du muguet du joli mois de mai !
      Blanche

  • chemin-je-t-aime dit :

    Ah oui, et j’oubliais …………j’ai moi aussi une histoire, comme tu les aimes, sur ma page et « authentique » !

    A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Bienvenue

loin de l'agitation
des fourmilières humaines.

Merci d'être venu(e) et de m'avoir laissé une pensée car vos pensées sont pour moi une richesse.

Blanche

Archives
Abonnez-vous!

Inscription à ma newsletter

Philosophie

VAN GOGH une branche d'amandier en fleurs

 

" Il est bon d'aimer autant que l'on peut car c'est là que gît la vraie force ."

Vincent VAN GOGH

 

SOURCE-BLEUE.jpg

 

" La tendresse est plus forte que la dureté, l'eau est plus forte que le rocher, l'amour est plus fort que la violence "

Hermann HESSE, écrivain suisse 1877-1962

victor hugo

DIEU n'a qu'un nom AMOUR et n'a qu'un front LUMIÈRE

Quand on aime, tout devient lumineux

Victor HUGO

Beethoven-non-daté

 

Le véritable artiste n'a pas d'orgueil...Tandis que d'autres, peut-être, l'admirent, il déplore de n'être pas encore arrivé là-bas où un génie meilleur brille pour lui comme un soleil lointain. Je ne reconnais en aucun homme d'autre signe de supériorité que la BONTÉ. Là où je la trouve, là est mon foyer.

Ludwig van BEETHOVEN

cité par François Cheng dans son livre " cinq méditations sur la beauté "

 

françois Cheng

La bonté est garante de la qualité de la beauté.

La beauté irradie la bonté et la rend désirable.

François CHENG  "cinq méditations sur la beauté"

 

 

Paroles Amérindiennes

plume.jpg

 

"choisis bien tes mots car ce sont eux qui créent le monde qui t'entoure "

paroles des NAVAJOS

 

"Quand le dernier arbre
Aura été abattu
Quand la dernière rivière
Aura été empoisonnée
Quand le dernier poisson
Aura été pêché
alors on saura que
L'argent ne se mange pas"

Go Khla Yeh

 

"Avant de juger une personne, marche pendant trois lunes dans ses mocassins."

proverbe amérindien

Science et Littérature

« La plus belle et la plus profonde émotion que nous puissions expérimenter est la sensation mystique. C’est la semence de toute science véritable. Celui à qui cette émotion est étrangère, qui n’a plus la possibilité de s’étonner et d’être frappé de respect, celui-là est comme s’il était mort .Savoir que ce qui nous est impénétrable existe réellement et se manifeste à travers la plus haute sagesse, la plus rayonnante beauté, sagesse et beauté que nos facultés peuvent comprendre seulement dans leur forme la plus primitive, cette connaissance, ce sentiment est au centre de la vraie religion. »

ALBERT EINSTEIN

 

GEORGE-SAND-copie-1.gif

 

J’ai passé bien des heures de ma vie à regarder pousser l’herbe ou à contempler la sérénité des grosses pierres au clair de lune. Je m’identifiais tellement au mode d’existence de ces choses tranquilles, prétendues inertes, que j’arrivais à participer à leur calme béatitude.

George Sand

Retour vers mon premier blog :

Rejoignez-moi …

apln-blog sur le blog le regard du silence

annuaire pour les nuls sur le blog le regard du silence