"Le silence n'est pas une absence de parole,

mais la parole sans mots d'une expérience,

à la fois intérieure et extérieure,

à laquelle certaines propriétés du langage, dites poétiques,

semblent seules permettre de s'exprimer."

 

Jean-Claude RENARD ( 1922-2002)

photo ABBE PIERRE

 

            C’est la Mort qui console, hélas ! et qui fait vivre ;
C’est le but de la vie, et c’est le seul espoir
            Qui, comme un élixir, nous monte et nous enivre,
           Et nous donne le cœur de marcher jusqu’au soir ;

  A travers la tempête, et la neige, et le givre,
  C’est la clarté vibrante à notre horizon noir ;
C’est l’auberge fameuse inscrite sur le livre,
      Où l’on pourra manger, et dormir, et s’asseoir ;

                C’est un Ange qui tient dans ses doigts magnétiques
Le sommeil et le don des rêves extatiques,
Et qui refait le lit des gens pauvres et nus ;

          C’est la gloire des Dieux, c’est le grenier mystique,
   C’est la bourse du pauvre et sa patrie antique,
      C’est le portique ouvert sur les Cieux inconnus !

 

 

En méditant devant l’horreur de cette photo qui peut illustrer le poème du XIX siècle « La mort des pauvres » de Baudelaire, je me dis que j’ai de la chance de méditer car je possède un toit, le silence, le souffle et une bonne santé.

Je me dis aussi que j’ai de la chance (mais est-ce une chance ?)  d’habiter ce triste pays et de pouvoir choisir démocratiquement entre des hommes et des femmes à la recherche du pouvoir et aux âmes de croque-morts dont les promesses qui s’ouvrent sur des Cieux inconnus n’ont rien changé depuis deux siècles.

 

Toujours avec la plume et le pinceau de grands poètes du XIX siècle,

je vous offre un geste de vie disparu aujourd’hui dans notre société riche et mécanisée où la machine,voulue pour soulager l’homme de son dur travail, a fini par lui retirer la fierté de ce geste de vie.

 

 

 

C’est le moment crépusculaire ;

J’admire, assis sous un portail,

Ce reste de jour dont s’éclaire

La dernière heure de travail.

 

Dans les terres de nuit baignées,

Je contemple, ému, les haillons

D’un vieillard qui jette à poignées

La moisson future aux sillons.

 

Sa haute silhouette noire

Domine les profonds labours.

On sent à quel point il doit croire

A la fuite utile des jours.

 

Il marche dans la plaine immense,

Va, vient, lance la graine au loin,

Rouvre sa main et recommence;

Et je médite, obscur témoin,

 

Pendant que, déployant ses voiles,

L’ombre, où se mêle une rumeur,

Semble élargir jusqu’aux étoiles

Le geste auguste du semeur.

 

millet_semeur_l

 

J’arrive bientôt à la fin d’un cycle de ma vie et je me rends compte avec joie que mes émotions de jeunesse ne se sont pas éteintes.

J’imagine encore, en ce début d’hiver, l’âme de ce peintre et l’âme de ce poète se rencontrant sur les toits enneigés de Paris au XIX siècle.

 

toits enneigés de Caillebotte

 

Je veux, pour composer chastement mes églogues,
Coucher auprès du ciel, comme les astrologues,
Et, voisin des clochers écouter en rêvant
Leurs hymnes solennels emportés par le vent.
Les deux mains au menton, du haut de ma mansarde,
Je verrai l’atelier qui chante et qui bavarde ;
Les tuyaux, les clochers, ces mâts de la cité,
Et les grands ciels qui font rêver d’éternité.

II est doux, à travers les brumes, de voir naître
L’étoile dans l’azur, la lampe à la fenêtre
Les fleuves de charbon monter au firmament
Et la lune verser son pâle enchantement.
Je verrai les printemps, les étés, les automnes ;
Et quand viendra l’hiver aux neiges monotones,
Je fermerai partout portières et volets
Pour bâtir dans la nuit mes féeriques palais.
Alors je rêverai des horizons bleuâtres,
Des jardins, des jets d’eau pleurant dans les albâtres,
Des baisers, des oiseaux chantant soir et matin,
Et tout ce que l’Idylle a de plus enfantin.
L’Emeute, tempêtant vainement à ma vitre,
Ne fera pas lever mon front de mon pupitre ;
Car je serai plongé dans cette volupté
D’évoquer le Printemps avec ma volonté,
De tirer un soleil de mon cœur, et de faire
De mes pensers brûlants une tiède atmosphère.

 

 

 

SAM_0130

 

Cherchez à vivre dans la joie,

à exprimer la joie dans vos pensées et dans vos actes ;

 Sentez la présence joyeuse de l’Être dans tout ce que vous voyez ou entendez ;

 Cela vous apportera un réel bonheur.

 

Mâ ANANDAMAYÎ

 

DSCN3699

 

Chantez pour ne pas vieillir.

 

LANZA DEL VASTO

 

DSCN4112

 

Vous avez peur de demain ; pourtant, hier est tout aussi dangereux

 

Idries SHAH

 

DSCN1431

 

A la lumière du silence intérieur tous les problèmes se dissolvent

 

Jiddu KRISHNAMURTI

 

 

Que les quatre saisons de 2017

vous apportent  le bonheur dans la joie et la lumière !

Je vous souhaite une belle et sereine année et vous embrasse de tout mon cœur !

 

Blanche

               

 

Je vous souhaite de joyeuses fêtes de Noël et de fin d’année,

 je souhaite très fort que votre joie

et celle de toutes les familles joyeuses  s’élèvent vers le ciel

pour former un splendide feu d’artifice angélique,

un feu d’artifice dont chaque étincelle se glisse dans les cœurs tristes

 pour les réchauffer,

les cœurs des solitaires,

de ceux qui ont faim et froid, 

de ceux qui souffrent

et de ceux qui sont dans la peine ou la discorde.

 

Je fais une pause joyeuse (pas très reposante ! )

 et vous dis « A l’année prochaine ! »

 

Je vous embrasse chaleureusement

 

Blanche

 

coeur étoilé

 

Bienvenue

loin de l'agitation
des fourmilières humaines.

Merci d'être venu(e) et de m'avoir laissé une pensée car vos pensées sont pour moi une richesse.

Blanche

Archives

Abonnez-vous!

Inscription à ma newsletter

Philosophie

VAN GOGH une branche d'amandier en fleurs

 

" Il est bon d'aimer autant que l'on peut car c'est là que gît la vraie force ."

Vincent VAN GOGH

 

SOURCE-BLEUE.jpg

 

" La tendresse est plus forte que la dureté, l'eau est plus forte que le rocher, l'amour est plus fort que la violence "

Hermann HESSE, écrivain suisse 1877-1962

victor hugo

DIEU n'a qu'un nom AMOUR et n'a qu'un front LUMIÈRE

Quand on aime, tout devient lumineux

Victor HUGO

Beethoven-non-daté

 

Le véritable artiste n'a pas d'orgueil...Tandis que d'autres, peut-être, l'admirent, il déplore de n'être pas encore arrivé là-bas où un génie meilleur brille pour lui comme un soleil lointain. Je ne reconnais en aucun homme d'autre signe de supériorité que la BONTÉ. Là où je la trouve, là est mon foyer.

Ludwig van BEETHOVEN

cité par François Cheng dans son livre " cinq méditations sur la beauté "

 

françois Cheng

La bonté est garante de la qualité de la beauté.

La beauté irradie la bonté et la rend désirable.

François CHENG  "cinq méditations sur la beauté"

 

 

Paroles Amérindiennes

plume.jpg

 

"choisis bien tes mots car ce sont eux qui créent le monde qui t'entoure "

paroles des NAVAJOS

 

"Quand le dernier arbre
Aura été abattu
Quand la dernière rivière
Aura été empoisonnée
Quand le dernier poisson
Aura été pêché
alors on saura que
L'argent ne se mange pas"

Go Khla Yeh

 

"Avant de juger une personne, marche pendant trois lunes dans ses mocassins."

proverbe amérindien

Science et Littérature

« La plus belle et la plus profonde émotion que nous puissions expérimenter est la sensation mystique. C’est la semence de toute science véritable. Celui à qui cette émotion est étrangère, qui n’a plus la possibilité de s’étonner et d’être frappé de respect, celui-là est comme s’il était mort .Savoir que ce qui nous est impénétrable existe réellement et se manifeste à travers la plus haute sagesse, la plus rayonnante beauté, sagesse et beauté que nos facultés peuvent comprendre seulement dans leur forme la plus primitive, cette connaissance, ce sentiment est au centre de la vraie religion. »

ALBERT EINSTEIN

 

GEORGE-SAND-copie-1.gif

 

J’ai passé bien des heures de ma vie à regarder pousser l’herbe ou à contempler la sérénité des grosses pierres au clair de lune. Je m’identifiais tellement au mode d’existence de ces choses tranquilles, prétendues inertes, que j’arrivais à participer à leur calme béatitude.

George Sand

Retour vers mon premier blog :

Rejoignez-moi …

apln-blog sur le blog le regard du silence

annuaire pour les nuls sur le blog le regard du silence