pensées d’auteurs divers

En ce jour, triste anniversaire d’un assassinat collectif de notre XXIe siècle qui a fait des centaines de morts et de blessés et causé tant de souffrances, j’ai choisi trois pensées de Jiddu KRISHNAMURTI trouvées dans le livre « les grands initiés du XXe siècle  » de Jean Bies :

 

–       Comment provoquer une transformation fondamentale, radicale de la société ? Voilà notre problème. Et cette transformation du monde extérieur ne peut pas avoir lieu sans une révolution intérieure.   Ce que vous êtes, le monde l’est.

 

–      La vraie révolution ne peut avoir lieu que lorsque vous, l’individu, devenez lucide dans vos rapports avec autrui. Se connaître, c’est s’étudier en action, laquelle est relation.

 

–      Tant que nous nous mentons à nous mêmes, sous quelque forme que ce soit, il ne peut y avoir d’amour. L’amour n’appartient pas au temps. L’amour est la seule chose qui soit éternellement neuve.  S’il y a de l’amour, il n’y a pas de problème social, ni besoin de systèmes de philosophie sur la façon de traiter ces problèmes. L’amour n’est pas différent de la vérité.

Le texte que j’ai choisi de publier nous montre que ce sont les extrémistes de toutes les religions qui sont un danger pour l’humanité.

 

DSCN8937

 

 

« Personnellement, je ne m’enthousiasme que pour la lutte qui a pour objet de vaincre en nous nos propres défauts. Cette lutte n’a rien à voir, hélas, avec la guerre que se font les fils d’Adam, au nom d’un Dieu qu’ils déclarent aimer beaucoup et qu’ils aiment mal puisqu’ils détruisent une partie de son œuvre.

 

En Dieu, frères de toutes les religions, abaissons les frontières qui nous séparent : à bas les créations artificielles qui opposent les humains les uns aux autres.

 

Nous nous sommes éloignés de Dieu, nous nous sommes fourvoyés dans les labyrinthes de notre sinistre édifice, bâti de briques du mensonge et du mortier de la calomnie.

 

Vite, sortons des pièces malencontreusement disposées par notre orgueil et notre égoïsme, par la lassitude de nos mœurs et la dureté de nos cœurs, vers une religion qui ne tendra pas à l’exclusion des autres credos, mais à l’union universelle des croyants libres de leur personne et moralement libérés des appétits de ce monde.

 

Du haut d’un ciel d’amour, en commun, nous attesterons pieusement l’unicité de Dieu, Source de Vie qui répand la Lumière et que l’on ne peut enfermer dans une décision humaine. La religion, celle que veut Jésus et qu’aime Mahomet, est celle qui , comme l’air pur, est en contact permanent avec le soleil de vérité et de justice dans l’amour du Bien et la charité pour tous. »

                                                                                                                              Paroles pour la PAIX en 1933 de Tierno BOKAR,

Maître spirituel de l’Islam Africain

Citées lors de la rencontre à Assise en 1986 ,

à la demande Du Pape Jean-Paul II ,

Des responsables des Eglises chrétiennes

et des autres Religions.

 

DSCN8944

 

 

 

La pensée des deux auteurs américains (dont un d’origine européenne) ne s’appuie pas comme la pensée chinoise sur l’art pictural, mais sur des expériences de vie personnelle.

 

IMG_1626

 

 

Le vaste océan illimité de l’espace créateur de Dieu est transparent comme le cristal. Il est pourtant rempli de vibrants effluves d’énergie. Cette énergie est connue sous le nom de substance éthérée. Tous les éléments y sont dissous, prêts à répondre à l’appel du régime vibratoire qui leur permettra de se condenser en formes. L’être humain, coopérant avec cet ensemble, peut mettre en mouvement par ses pensées les influences vibratoires appropriées. Alors les éléments n’ayant pas d’autre issue, se précipitent pour remplir le moule formé par le désir. Telle est la loi absolue dont nul ne peut arrêter les répercussions.

 

Baird Thomas Spalding  « La vie des Maîtres »

1872- 1953 , né et mort aux Etats-Unis, Baird Thomas Spalding, archéologue de formation, relate son voyage initiatique avec dix autres scientifiques américains( partis le 22 décembre 1894 ) en Inde, au Tibet et au Népal.

 

IMG_1642

 

 

Nous ne pouvons pas comprendre le vide car il ne se distingue de rien. Bien qu’il n’ait aucune existence propre, il permet à toute chose d’être.

Le silence non plus n’a pas d’existence propre…Le vide et le silence sont deux aspects de la même chose, de ce même rien. Ils ne sont que la manifestation extérieure du vide et du silence intérieurs, de l’immobilité intérieure, la matrice infiniment créatrice de tout ce qui est. La plupart des humains sont complètement inconscients de cette dimension. Il n’y a pas d’espace en eux, pas d’immobilité. Ils ont perdu leur équilibre. Ils pensent connaître le monde mais ne connaissent pas Dieu. Ils s’identifient exclusivement à leurs formes physiques et psychologiques et sont inconscients de leur essence innée…

 

Ce qui pour nous prend la forme de l’espace dans l’univers, ainsi que nous le percevons dans notre esprit et par nos sens, est le non-manifeste qui s’extériorise. C’est le « corps » de Dieu. Et le plus grand miracle dans tout cela, c’est que l’immobilité et l’immensité qui permettent à l’univers d’être ne se trouvent pas uniquement dans l’espace, mais également en nous.

 

Eckhart Tolle «  Le pouvoir du moment présent »

Né en 1948 à Lünen en Allemagne, résident canadien, Eckhart Tolle est écrivain et conférencier

 

IMG_1564

 

 

Photos prises à La Réunion par mon fils Fabien

Pourquoi choisir des textes sur cette notion de vide en ce beau mois d’été ?

Parce que l’été est pour ceux et celles qui en ont la chance une période de l’année où l’on peut s’arrêter et se regarder vivre. Notre société de consommation nous pousse à accumuler tellement de choses que notre vie devient de plus en plus pesante parce que notre espace se rétrécit. Nous avons un immense besoin de déposer notre fardeau et de respirer à l’extérieur comme à l’intérieur.

J’offre ces  textes et en particulier celui de François Cheng à Livia qui a publié en mai un magnifique poème de cet auteur dans son article  » de la Chine à Paris » sur son blog liviaaugustae.eklablog.fr

 

 

73478822770140971

 

 

Ke Yun Lu  « L’essence du Qi Gong »

 

Trop souvent, on entend les termes de « vacuité » et de « vide » utilisés de manière interchangeable…N’est-il pas vrai que dans l’état de vacuité, nous abandonnons notre rigidité d’esprit ? Que tous nos préjugés, toutes nos limitations sont balayés ? Ne peut-on pas dire que l’esprit est alors vidé de tout ? En fait, non. Dans ce contexte, la vacuité ne correspond pas à un esprit vide ; c’est un état de réceptivité spirituelle ; il signifie que, quand on est complètement détendu et dénué de tout désir, on devient réceptif à l’inspiration. C’est cette illumination spirituelle qui constitue l’essence de la pratique du Qi Gong. C’est aussi la source de nos facultés de penser, d’inventer et de créer.

 

3996646204

 

François Cheng  « Vide et plein »

 

Dans l’optique chinoise, le Vide n’est pas, comme on pourrait le supposer, quelque chose de vague ou d’inexistant, mais un élément dynamique et agissant. Lié à l’idée des souffles vitaux et du principe d’alternance Yin-Yang, il constitue le lieu par excellence où s’opèrent les transformations, où le Plein serait à même d’atteindre la vraie plénitude. C’est lui, en effet, qui, en introduisant dans un système donné discontinuité et réversibilité, permet aux unités composantes du système de dépasser l’opposition rigide et le développement en sens unique, et offre en même temps la possibilité d’une approche totalisante de l’univers par l’homme…

On ne peut manquer d’être frappé par la fonction active du Vide à travers les exemples que nous donnent la musique, la poésie et surtout la peinture. C’est tout le contraire d’un « no man’s land », lequel impliquerait neutralisation ou compromis ; puisque c’est bien le Vide qui permet le processus d’intériorisation et de transformation par lequel toute chose réalise son  même et son autre, et par là, atteint la totalité. En ce sens, la peinture en Chine, est pleinement une philosophie en action ; elle y est envisagée comme une pratique sacrée, parce que sa visée n’est rien de moins que l’accomplissement total de l’homme, y compris sa part la plus inconsciente.

 

tan

 

Nous sommes clôture et finitude

Pourtant c’est entre nous

Que sans fin jaillira

Ce que la vie désire

De plus vaste

De plus haut

D’infiniment transmuable

Aimer, c’est être

En avant de soi.

 

François Cheng, poète , écrivain et calligraphe

 né en Chine en 1929 dans la province du Shandong

Arrivé à Paris en 1948 ,

 naturalisé français en 1971,

Reçoit le grand prix de la francophonie de l’Académie Française en 2001

 élu à l’Académie Française en juin 2002

 

 

 

tendre regard

 

« Ce n ‘est donc plus aux hommes que je m’adresse, c’est à Toi, Dieu de tous les êtres, de tous les mondes et de tous les temps s’il est permis à de faibles créatures perdues dans l’immensité, et imperceptibles au reste de l’univers, d’oser te demander quelque chose, à Toi qui as tout donné, à Toi dont les décrets sont immuables comme éternels. Daigne regarder en pitié les erreurs attachées à notre nature : que ces erreurs ne soient point nos calamités.

Tu ne nous as point donné un cœur pour nous haïr et des mains pour nous égorger ; fais que nous nous aidions mutuellement à supporter le fardeau d’une vie pénible et passagère ; que les petites différences entre les vêtements qui couvrent nos débiles corps, entre tous nos langages insuffisants, entre tous nos usages ridicules, entre toutes nos lois imparfaites, entre toutes nos opinions insensées, entre toutes nos conditions si disproportionnées à nos yeux et si égales devant Toi , que ces petites nuances qui distinguent les atomes appelés hommes, ne soient pas des signaux des haine et de persécution…

Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères ! Qu’ils aient en horreur la tyrannie exercée sur les âmes, comme ils ont en exécration le brigandage qui ravit par la force le fruit du travail et de l’industrie paisible !

Si les fléaux de la guerre sont inévitables, ne nous haïssons pas, ne nous déchirons pas les uns les autres dans le sein de la paix, et employons l’instant de notre existence à bénir également en mille langages divers Ta Bonté qui nous a donné cet instant ! »

VOLTAIRE

Traité de la Tolérance 1763   

 

 

amitié entre rose et rose trémière

 

 

 

«  Nous sommes tous des fleurs dans le jardin du Grand Esprit.

Nous partageons les mêmes racines, nos racines nous ramènent à la Terre Mère.

Son jardin est beau car les couleurs des fleurs sont différentes et elles représentent des traditions et des cultures différentes. »

 

Grand-père David Monongye de la tribu des indiens HOPI

         

Bienvenue

loin de l'agitation
des fourmilières humaines.

Merci d'être venu(e) et de m'avoir laissé une pensée car vos pensées sont pour moi une richesse.

Blanche

Archives

Abonnez-vous!

Inscription à ma newsletter

Philosophie

VAN GOGH une branche d'amandier en fleurs

 

" Il est bon d'aimer autant que l'on peut car c'est là que gît la vraie force ."

Vincent VAN GOGH

 

SOURCE-BLEUE.jpg

 

" La tendresse est plus forte que la dureté, l'eau est plus forte que le rocher, l'amour est plus fort que la violence "

Hermann HESSE, écrivain suisse 1877-1962

victor hugo

DIEU n'a qu'un nom AMOUR et n'a qu'un front LUMIÈRE

Quand on aime, tout devient lumineux

Victor HUGO

Beethoven-non-daté

 

Le véritable artiste n'a pas d'orgueil...Tandis que d'autres, peut-être, l'admirent, il déplore de n'être pas encore arrivé là-bas où un génie meilleur brille pour lui comme un soleil lointain. Je ne reconnais en aucun homme d'autre signe de supériorité que la BONTÉ. Là où je la trouve, là est mon foyer.

Ludwig van BEETHOVEN

cité par François Cheng dans son livre " cinq méditations sur la beauté "

 

françois Cheng

La bonté est garante de la qualité de la beauté.

La beauté irradie la bonté et la rend désirable.

François CHENG  "cinq méditations sur la beauté"

 

 

Paroles Amérindiennes

plume.jpg

 

"choisis bien tes mots car ce sont eux qui créent le monde qui t'entoure "

paroles des NAVAJOS

 

"Quand le dernier arbre
Aura été abattu
Quand la dernière rivière
Aura été empoisonnée
Quand le dernier poisson
Aura été pêché
alors on saura que
L'argent ne se mange pas"

Go Khla Yeh

 

"Avant de juger une personne, marche pendant trois lunes dans ses mocassins."

proverbe amérindien

Science et Littérature

« La plus belle et la plus profonde émotion que nous puissions expérimenter est la sensation mystique. C’est la semence de toute science véritable. Celui à qui cette émotion est étrangère, qui n’a plus la possibilité de s’étonner et d’être frappé de respect, celui-là est comme s’il était mort .Savoir que ce qui nous est impénétrable existe réellement et se manifeste à travers la plus haute sagesse, la plus rayonnante beauté, sagesse et beauté que nos facultés peuvent comprendre seulement dans leur forme la plus primitive, cette connaissance, ce sentiment est au centre de la vraie religion. »

ALBERT EINSTEIN

 

GEORGE-SAND-copie-1.gif

 

J’ai passé bien des heures de ma vie à regarder pousser l’herbe ou à contempler la sérénité des grosses pierres au clair de lune. Je m’identifiais tellement au mode d’existence de ces choses tranquilles, prétendues inertes, que j’arrivais à participer à leur calme béatitude.

George Sand

Retour vers mon premier blog :

Rejoignez-moi …

apln-blog sur le blog le regard du silence

annuaire pour les nuls sur le blog le regard du silence